PORTES-CHANAC -

Aller au contenu

Menu principal

PORTES-CHANAC

OUVRAGES > 2006-2013

1890-1900 :
Une Enfance aux Portes Chanac

Noël Gayraud, d'après Martial Lisard - 2011 -15
euros

     Tout se passe dans un mini périmètre à la confluence de cinq rues du vieux Tulle. De retour au pays, Martial Lisard parti travailler loin de sa ville natale, ne reconnaît plus son quartier d'enfance. Il doit témoigner. Il le fait par le menu dans un récit où s'entrecroisent ses copains, les voisins de petits métiers, les épreuves et les incontournables festivités.

     A ceux qui estiment que tout a été dit sur un passé centenaire, des surprises sont livrées. L'auteur s'attache aux détails, conscient que rien ne reviendra. Tour à tour sont décrits des jeux spécifiques nés de la topographie abrupte du quartier, jeux dont les enfants portechanacois s'enorgueillissaient et qui leur conféraient une fière identité.

     Le monde des adultes est celui de Minique le couvreur, du fournier Tampogne, de la rampailleuse de chaises, tous habitués aux élucubrations de Jaselar le marchand de peaux de lapins. Passons ! Comment tous les citer.

     Et puis il y a des cérémonies qui surprennent et qui ne sont quasiment plus dans les mémoires.  Martial Lisard fait œuvre d'ethnographe quand il rappelle la tradition des œufs roulés propre au lundi de Pâques. Les tullois se portaient alors en famille à Laguenne pour manger sur l'herbe et… faire rouler les œufs.
Le petit peuple des manufacturiers qui chaque jour traversait la ville pour rejoindre l'arsenal est traité par le menu… Le travail ne manque pas à la charnière des deux siècles, pas le temps de s'en retourner pour déjeuner chez soi. Les repas son pris sur le lieu de travail.

     Puis c'est l'évocation de la terrible variole qui meurtrit la ville et dont on ne se souvient plus. Par elle, on touche les conditions de vie du petit peuple qui, bien que non miséreux, souffrait beaucoup dans les temps difficiles.

     Martial Lisard est la tendresse même que favorise sa simplicité d'écriture et de ton.

Retourner au contenu | Retourner au menu